MERZOUGA RALLY

Vendredi 14 octobre

Cinquième Spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 43 km – Spéciale : 75 km – Liaison : 44 km – Total : 162 km

La dernière spéciale se courait type « Grand Prix » dans les dunes de Merzouga, aux pieds de la Kasbah Jasmina. Après une liaison de 43 km, le secteur sélectif était composé de deux boucles de 37,50 km et d’un départ en ligne !

Une dernière journée inoubliable pour Leandro Torres et Erlei Ayala qui partiront pour le Dakar avec un peu plus d’expérience quant au franchissement de dunes et à la navigation.

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 : « Ce matin, à 7h45′, nous sommes partis tous ensemble de l’hôtel Xaluca pour une liaison sur la piste de Merzouga. Un peu plus tard, l’organisation nous ont donné un départ en ligne dans les dunes, avec l’hélicoptère au-dessus qui tournait pour la télévision ! Un grand moment que je n’avais jamais vécu !

Ce Merzouga Rally fut extrêmement difficile pour moi car je n’avais jamais roulé dans le sable et encore moins dans les dunes. Mais j’ai adoré et ce fut une grande préparation pour le Dakar, en janvier 2016, que j’ai la ferme intention de terminer ! 

Et maintenant, piscine au Xaluca et une bière ! »

 

 

 

MERZOUGA RALLY

Vendredi 14 octobre

Cinquième Spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 43 km – Spéciale : 75 km – Liaison : 44 km – Total : 162 km

La dernière spéciale se courait type « Grand Prix » dans les dunes de Merzouga, aux pieds de la Kasbah Jasmina. Après une liaison de 43 km, le secteur sélectif était composé de deux boucles de 37,50 km et d’un départ en ligne !

Une dernière journée inoubliable pour Leandro Torres et Erlei Ayala qui partiront pour le Dakar avec un peu plus d’expérience quant au franchissement de dunes et à la navigation.

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 : « Ce matin, à 7h45′, nous sommes partis tous ensemble de l’hôtel Xaluca pour une liaison sur la piste de Merzouga. Un peu plus tard, l’organisation nous ont donné un départ en ligne dans les dunes, avec l’hélicoptère au-dessus qui tournait pour la télévision ! Un grand moment que je n’avais jamais vécu !

Ce Merzouga Rally fut extrêmement difficile pour moi car je n’avais jamais roulé dans le sable et encore moins dans les dunes. Mais j’ai adoré et ce fut une grande préparation pour le Dakar, en janvier 2016, que j’ai la ferme intention de terminer ! 

Et maintenant, piscine au Xaluca et une bière ! »

 

 

 

MERZOUGA RALLY

Vendredi 14 octobre

Cinquième Spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 43 km – Spéciale : 75 km – Liaison : 44 km – Total : 162 km

La dernière spéciale se courait type « Grand Prix » dans les dunes de Merzouga, aux pieds de la Kasbah Jasmina. Après une liaison de 43 km, le secteur sélectif était composé de deux boucles de 37,50 km et d’un départ en ligne !

Une dernière journée inoubliable pour Leandro Torres et Erlei Ayala qui partiront pour le Dakar avec un peu plus d’expérience quant au franchissement de dunes et à la navigation.

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 : « Ce matin, à 7h45′, nous sommes partis tous ensemble de l’hôtel Xaluca pour une liaison sur la piste de Merzouga. Un peu plus tard, l’organisation nous ont donné un départ en ligne dans les dunes, avec l’hélicoptère au-dessus qui tournait pour la télévision ! Un grand moment que je n’avais jamais vécu !

Ce Merzouga Rally fut extrêmement difficile pour moi car je n’avais jamais roulé dans le sable et encore moins dans les dunes. Mais j’ai adoré et ce fut une grande préparation pour le Dakar, en janvier 2016, que j’ai la ferme intention de terminer ! 

Et maintenant, piscine au Xaluca et une bière ! »

 

 

 

MERZOUGA RALLY

 

Jeudi 13 octobre

Quatrième Spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 15 km – Spéciale : 216 km – Liaison : 35 km – Total : 266 km

 

 

 

Les aventures de Leandro Torres et Erlei Ayala dans le désert de Merzouga continuent.

Hier matin, ils sont partis pour l’étape marathon c’est-à-dire sans assistance. Alors que normalement les copilotes reçoivent le road book la veille, cette fois, le Merzouga Rally a innové et distribué les précieux documents une heure seulement avant le départ.

 

 

Longue de 153 km, la troisième spéciale était exigeante avec la traversée des ergs Chebbi et Snaguy. Mais à l’arrivée, les concurrents dormaient dans un bivouac planté dans le sable et au milieu des palmiers.

 

La deuxième partie, soit la quatrième spéciale, explorait la zone de Dayat Maider entre Merzouga et Zagora, une étape très difficile en navigation mais l’équipage Brésilien a emmené le Polaris RZR 1000XT+30 jusqu’à l’arrivée et en sixième position !

 

 

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 6es de l’étape et 7es au général (provisoire) : « Nous continuons notre apprentissage mais que ce rallye est difficile, surtout en navigation ! Nous avons perdu beaucoup de temps et je pense que si on regarde nos traces sur l’Iritrack, nous avons fait beaucoup de kilomètres à tourner en rond plusieurs fois. C’était vraiment dur… Il y avait un waypoint en haut d’une montagne mais quand je l’ai vu, j’ai dit tant pis pour les pénalités, on continue sinon nous n’arriverons jamais en temps et en heure au CP… Hier, il y avait une dune super haute et très raide… Pour voir ce qu’il y avait derrière et si c’était possible de la franchir, je suis sorti du RZR et j’ai grimpé à pied, ou plutôt à quatre pattes, comme un chat, raconte-t-il en riant. En haut, quand j’ai vu la descente, j’ai dit à Erlei de prendre le volant et de passer par la gauche, là où le sable était plus dur mais quand je suis redescendu, je n’ai plus vu le Polaris qui était caché par les dunes ! Je me retrouvais tout seul dans le désert ! J’ai marché 20′ pour le retrouver !

Hier soir, c’était magique, nous avons dormi dans le désert… Quelle expérience, c’était tellement différent de notre quotidien, j’ai adoré ! Par contre, nous avons roulé 200 km de piste pour rallier ce bivouac dans le sable qui se trouvait à 15 km de l’hôtel ! » Et toujours riant : « Si nous faisions cela au Brésil, les concurrents nous étrangleraient ! C’était une étape marathon très dure mais nous sommes là et il y a peu de SSV. Je suis vraiment content d’être à l’arrivée ! »

 

Demain, la dernière étape du Merzouga Rally se déroulera en boucle autour de la Kasbah Jasmina, dans l’Erg Chebbi.

 

MERZOUGA RALLY

 

Jeudi 13 octobre

Quatrième Spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 15 km – Spéciale : 216 km – Liaison : 35 km – Total : 266 km

 

 

 

Les aventures de Leandro Torres et Erlei Ayala dans le désert de Merzouga continuent.

Hier matin, ils sont partis pour l’étape marathon c’est-à-dire sans assistance. Alors que normalement les copilotes reçoivent le road book la veille, cette fois, le Merzouga Rally a innové et distribué les précieux documents une heure seulement avant le départ.

 

 

Longue de 153 km, la troisième spéciale était exigeante avec la traversée des ergs Chebbi et Snaguy. Mais à l’arrivée, les concurrents dormaient dans un bivouac planté dans le sable et au milieu des palmiers.

 

La deuxième partie, soit la quatrième spéciale, explorait la zone de Dayat Maider entre Merzouga et Zagora, une étape très difficile en navigation mais l’équipage Brésilien a emmené le Polaris RZR 1000XT+30 jusqu’à l’arrivée et en sixième position !

 

 

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 6es de l’étape et 7es au général (provisoire) : « Nous continuons notre apprentissage mais que ce rallye est difficile, surtout en navigation ! Nous avons perdu beaucoup de temps et je pense que si on regarde nos traces sur l’Iritrack, nous avons fait beaucoup de kilomètres à tourner en rond plusieurs fois. C’était vraiment dur… Il y avait un waypoint en haut d’une montagne mais quand je l’ai vu, j’ai dit tant pis pour les pénalités, on continue sinon nous n’arriverons jamais en temps et en heure au CP… Hier, il y avait une dune super haute et très raide… Pour voir ce qu’il y avait derrière et si c’était possible de la franchir, je suis sorti du RZR et j’ai grimpé à pied, ou plutôt à quatre pattes, comme un chat, raconte-t-il en riant. En haut, quand j’ai vu la descente, j’ai dit à Erlei de prendre le volant et de passer par la gauche, là où le sable était plus dur mais quand je suis redescendu, je n’ai plus vu le Polaris qui était caché par les dunes ! Je me retrouvais tout seul dans le désert ! J’ai marché 20′ pour le retrouver !

Hier soir, c’était magique, nous avons dormi dans le désert… Quelle expérience, c’était tellement différent de notre quotidien, j’ai adoré ! Par contre, nous avons roulé 200 km de piste pour rallier ce bivouac dans le sable qui se trouvait à 15 km de l’hôtel ! » Et toujours riant : « Si nous faisions cela au Brésil, les concurrents nous étrangleraient ! C’était une étape marathon très dure mais nous sommes là et il y a peu de SSV. Je suis vraiment content d’être à l’arrivée ! »

 

Demain, la dernière étape du Merzouga Rally se déroulera en boucle autour de la Kasbah Jasmina, dans l’Erg Chebbi.

 

MERZOUGA RALLY

Jeudi 13 octobre

Quatrième Spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 15 km – Spéciale : 216 km – Liaison : 35 km – Total : 266 km

Les aventures de Leandro Torres et Erlei Ayala dans le désert de Merzouga continuent.

Hier matin, ils sont partis pour l’étape marathon c’est-à-dire sans assistance. Alors que normalement les copilotes reçoivent le road book la veille, cette fois, le Merzouga Rally a innové et distribué les précieux documents une heure seulement avant le départ.

Longue de 153 km, la troisième spéciale était exigeante avec la traversée des ergs Chebbi et Snaguy. Mais à l’arrivée, les concurrents dormaient dans un bivouac planté dans le sable et au milieu des palmiers.

La deuxième partie, soit la quatrième spéciale, explorait la zone de Dayat Maider entre Merzouga et Zagora, une étape très difficile en navigation mais l’équipage Brésilien a emmené le Polaris RZR 1000XT+30 jusqu’à l’arrivée et en sixième position !

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 6es de l’étape et 7es au général (provisoire) : « Nous continuons notre apprentissage mais que ce rallye est difficile, surtout en navigation ! Nous avons perdu beaucoup de temps et je pense que si on regarde nos traces sur l’Iritrack, nous avons fait beaucoup de kilomètres à tourner en rond plusieurs fois. C’était vraiment dur… Il y avait un waypoint en haut d’une montagne mais quand je l’ai vu, j’ai dit tant pis pour les pénalités, on continue sinon nous n’arriverons jamais en temps et en heure au CP… Hier, il y avait une dune super haute et très raide… Pour voir ce qu’il y avait derrière et si c’était possible de la franchir, je suis sorti du RZR et j’ai grimpé à pied, ou plutôt à quatre pattes, comme un chat, raconte-t-il en riant. En haut, quand j’ai vu la descente, j’ai dit à Erlei de prendre le volant et de passer par la gauche, là où le sable était plus dur mais quand je suis redescendu, je n’ai plus vu le Polaris qui était caché par les dunes ! Je me retrouvais tout seul dans le désert ! J’ai marché 20′ pour le retrouver !

Hier soir, c’était magique, nous avons dormi dans le désert… Quelle expérience, c’était tellement différent de notre quotidien, j’ai adoré ! Par contre, nous avons roulé 200 km de piste pour rallier ce bivouac dans le sable qui se trouvait à 15 km de l’hôtel ! » Et toujours riant : « Si nous faisions cela au Brésil, les concurrents nous étrangleraient ! C’était une étape marathon très dure mais nous sommes là et il y a peu de SSV. Je suis vraiment content d’être à l’arrivée ! »

Demain, la dernière étape du Merzouga Rally se déroulera en boucle autour de la Kasbah Jasmina, dans l’Erg Chebbi.

MERZOUGA RALLY

 

Mardi 13 octobre

Deuxième spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 22 km – Spéciale : 163 km – Liaison : 40 km – Total : 225 km

 

 

 

Si hier, le parcours était de sable, cette deuxième étape n’était que pierre. Après une courte liaison, les concurrents ont pris le départ sur une piste de montagne tout en montée spectaculaire pendant 500 mètres afin d’arriver sur le plateau de Boudnib. L’étape était une véritable leçon de navigation et de plaisir de pilotage sur du terrain technique.

La journée s’est très bien passée pour l’équipage brésilien Leandro Torres et Erlei Ayala qui se classe en septième position de la catégorie des SSV.

 

 

 

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 7es en 3h53’00 : « Le départ de la spéciale était donné dans une grande montée empierrée très difficile pour les motards mais nous n’avons pas eu de problème à la grimper. Le début de la spéciale n’était pas très difficile mais Erlei s’est trompé dans le premier « oued » et nous a perdus 30′, ensuite, il s’est concentré et n’a plus commis d’erreur.

Aujourd’hui, je n’ai vu que des cailloux, des cailloux et encore des cailloux ! Quand nous sommes arrivés dans les dunettes, j’étais même content de voir enfin du sable mais il y avait des boules de végétation dures comme des pierres et, avec quatre roues, ce n’était pas facile de les éviter.

Mais je suis content car nous avons terminé cette nouvelle étape et nous avons à nouveau appris quelque chose. »

 

 

MERZOUGA RALLY

 

Mardi 13 octobre

Deuxième spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 22 km – Spéciale : 163 km – Liaison : 40 km – Total : 225 km

 

 

 

Si hier, le parcours était de sable, cette deuxième étape n’était que pierre. Après une courte liaison, les concurrents ont pris le départ sur une piste de montagne tout en montée spectaculaire pendant 500 mètres afin d’arriver sur le plateau de Boudnib. L’étape était une véritable leçon de navigation et de plaisir de pilotage sur du terrain technique.

La journée s’est très bien passée pour l’équipage brésilien Leandro Torres et Erlei Ayala qui se classe en septième position de la catégorie des SSV.

 

 

 

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 7es en 3h53’00 : « Le départ de la spéciale était donné dans une grande montée empierrée très difficile pour les motards mais nous n’avons pas eu de problème à la grimper. Le début de la spéciale n’était pas très difficile mais Erlei s’est trompé dans le premier « oued » et nous a perdus 30′, ensuite, il s’est concentré et n’a plus commis d’erreur.

Aujourd’hui, je n’ai vu que des cailloux, des cailloux et encore des cailloux ! Quand nous sommes arrivés dans les dunettes, j’étais même content de voir enfin du sable mais il y avait des boules de végétation dures comme des pierres et, avec quatre roues, ce n’était pas facile de les éviter.

Mais je suis content car nous avons terminé cette nouvelle étape et nous avons à nouveau appris quelque chose. »

 

 

MERZOUGA RALLY

 

Mardi 13 octobre

Deuxième spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 22 km – Spéciale : 163 km – Liaison : 40 km – Total : 225 km

 

 

 

Si hier, le parcours était de sable, cette deuxième étape n’était que pierre. Après une courte liaison, les concurrents ont pris le départ sur une piste de montagne tout en montée spectaculaire pendant 500 mètres afin d’arriver sur le plateau de Boudnib. L’étape était une véritable leçon de navigation et de plaisir de pilotage sur du terrain technique.

La journée s’est très bien passée pour l’équipage brésilien Leandro Torres et Erlei Ayala qui se classe en septième position de la catégorie des SSV.

 

 

 

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 7es en 3h53’00 : « Le départ de la spéciale était donné dans une grande montée empierrée très difficile pour les motards mais nous n’avons pas eu de problème à la grimper. Le début de la spéciale n’était pas très difficile mais Erlei s’est trompé dans le premier « oued » et nous a perdus 30′, ensuite, il s’est concentré et n’a plus commis d’erreur.

Aujourd’hui, je n’ai vu que des cailloux, des cailloux et encore des cailloux ! Quand nous sommes arrivés dans les dunettes, j’étais même content de voir enfin du sable mais il y avait des boules de végétation dures comme des pierres et, avec quatre roues, ce n’était pas facile de les éviter.

Mais je suis content car nous avons terminé cette nouvelle étape et nous avons à nouveau appris quelque chose. »

 

 

MERZOUGA RALLY

 

Lundi 12 octobre

Première spéciale : Erfoud – Erfoud

Liaison : 27 km – Spéciale : 157 km – Liaison : 45 km – Total : 229 km

 

 

 

Aujourd’hui, comme l’avait annoncé Edo Mossi, le sable fut le protagoniste de cette première étape du Merzouga Rally. Après avoir pris le départ dans l’Oued Ziz, les concurrents ont attaqué une série de petites dunes cap sur l’Erg Chebbi traversé du nord au sud puis sur l’Erg Snaguy avant de repartir sur l’Erg Chebbi. Une belle journée d’apprentissage pour qui n’a jamais roulé dans les dunes ni le sable !

À l’arrivée, Leandro Torres et Erlei Ayala se classent à l’honorable 9e place de la catégorie des SSV.

 

LEANDRO TORRES/ERLEI AYALA n° 218 – 9es en 5h25’18 : « Je suis content d’avoir terminé cette première étape mais je n’aime pas les dunes, commente Leandro au bivouac de Merzouga. Aujourd’hui, il n’y avait que des dunes, des dunes et encore des dunes… Je ne me sens pas très à l’aise sur ce terrain car je n’ai aucune expérience et dans les dunes, il faut prendre des décisions rapidement, c’est stressant. Parfois, j’en ai contourné une mais derrière, il y en avait une encore plus grosse…

Je me suis tanké une fois sur une crête. Erlei a creusé à la main, enlevé tout le sable et l’on a mis plus de 20′ pour repartir… Nous nous sommes aussi perdus mais au bout d’un moment, nous nous sommes arrêtés, des motos tournaient aussi en rond mais nous avons rebroussé chemin jusqu’à trouver le waypoint. Nous avons perdu bien 30’… Pareil après le CP2 mais là, nous avons coupé et retrouvé la piste. Quelle journée !

En tout cas, le Polaris RZR 1000XT + est vraiment très performant avec son châssis long. »

Pour Erlei, le Merzouga est un excellent entraînement pour l’utilisation des instruments de navigation. « Je me familiarise aussi avec road book qui a des cases différentes de celui que nous utilisons au Brésil, plus détaillé. Demain sera plus facile car déjà, cela ne sera plus une surprise. »

 

Demain, la deuxième étape sera longue de 225 km avec une navigation pointue et du pilotage technique.